Flux RSS des actualités de Présanse https://www.presanse-pacacorse.org/ fr Sun, 11 Apr 2021 02:47:18 +0200 Sun, 11 Apr 2021 02:47:18 +0200 Direccte et DRCS se regroupent et deviennent les DREETS https://www.presanse-pacacorse.org/a/811/direccte-et-drcs-se-regroupent-et-deviennent-les-dreets/ https://www.presanse-pacacorse.org/a/811/direccte-et-drcs-se-regroupent-et-deviennent-les-dreets/ Thu, 08 Apr 2021 14:22:31 +0200 Objectif de ce regroupement : créer un interlocuteur économique et social privilégié au niveau régional pour les entreprises, salariés, demandeurs d’emploi, partenaires sociaux et territoriaux, acteurs de l’insertion et consommateurs.

La DREETS est à présent votre nouvel interlocuteur, pour toute question concernant :

  • L’entreprise, l’emploi, le développement des compétences, l’accompagnement des mutations économiques (sauvegarde des entreprises, formation professionnelle…) et le développement économique (soutien aux filières stratégiques et à l’innovation…).
  • Le travail (politique du travail, inspection du travail).
  • La concurrence, la consommation et la répression des fraudes (protection des consommateurs, contrôle du bon fonctionnement des marchés et des relations commerciales, métrologie, veille concurrentielle…).

Plus d'infos sur les sites de :

La DREETS Paca 

La DREETS Corse

]]>
Prévention des risques cardiovasculaires dans le secteur de la restauration : premiers essais dans les Hautes-Alpes https://www.presanse-pacacorse.org/a/808/prevention-des-risques-cardiovasculaires-dans-le-secteur-de-la-restauration-premiers-essais-dans-les-hautes-alpes/ https://www.presanse-pacacorse.org/a/808/prevention-des-risques-cardiovasculaires-dans-le-secteur-de-la-restauration-premiers-essais-dans-les-hautes-alpes/ Wed, 07 Apr 2021 11:57:09 +0200 Un groupe réunissant des professionnels de la restauration, médecins du travail et médecin cardiovasculaire, ingénieur, professeur et chercheur de l’université Aix-Marseille, psychologue social et chargés de projet, a développé un projet de prévention des maladies cardiovasculaires dans le secteur de la restauration. Présanse Paca-Corse et plusieurs de ses services de santé au travail ont participé à ce groupe.

Avant de déployer le dispositif sur l'ensemble de la région PACA, une expérimentation départementale a été décidée. Et ce sont les Hautes-Alpes qui ont été choisies pour ce test grandeur nature, avec l'appui de deux partenaires historiques du projet : le GEST 05, service de santé au travail membre de Présanse Paca-Corse, et le Codes 05 (comité départemental d’éducation pour la santé).

Pourquoi prévenir les maladies cardiovasculaires dans le secteur de la restauration ?

Au-delà des risques professionnels connus et prévenus comme les glissades ou les coupures, les facteurs de risques de maladies cardiovasculaires (infarctus du myocarde, hypertension artérielle…) sont peu ou pas du tout identifiés dans le secteur de la restauration.  

Hormis l’hérédité, le sexe et l’âge, nombre de ces facteurs sont modifiables.  Ainsi, les horaires de travail décalés, le stress, le bruit, l’exposition à des variations de températures, une alimentation déséquilibrée ou sur le pouce, le manque d’activité physique, la consommation de tabac, d’alcool ou encore d’autres drogues peuvent être prévenus.

Une expérimentation auprès des jeunes

Si toutes les entreprises de la restauration du département 05 sont concernées par ce projet, et à terme toutes celles de PACA, avec des messages et des actions pour les employeurs mais également pour les salariés, l'expérimentation a démarré avec un public d'apprentis.

Avec Nathalie Beil, infirmière au Codes 05, Frédéric Ferrer, infirmier au GEST 05, est intervenu dans un premier temps au centre de formation des apprentis (CFA) et ce sera aussi le cas prochainement au lycée des métiers Sévigné, à Gap. Grâce au  photo-langage qui illustre des situations du quotidien, les apprentis ont été invités à échanger sur leurs connaissances en matière de maladies cardiovasculaires, sur les problèmes rencontrés sur le terrain et ont trouvé des solutions avec les professionnels de santé. Mettre des bouchons d’oreilles, s’isoler pour prendre sa pause et ses repas, mieux s’organiser avec ses collègues pour avoir le temps de manger tranquillement, prendre des repas à la fois équilibrés et pratiques constituent quelques réponses aux problématiques. Le dispositif a été très bien accueilli et devrait être reconduit l’année prochaine.

Plus d'info sur le site du GEST 05

 


Les partenaires du groupe de travail régional à l'origine du projet de prévention des maladies cardiovasculaires dans le secteur de la restauration

]]>
3e confinement : les services de santé au travail restent mobilisés aux côtés des entreprises https://www.presanse-pacacorse.org/a/809/3e-confinement-les-services-de-sante-au-travail-restent-mobilises-aux-cotes-des-entreprises/ https://www.presanse-pacacorse.org/a/809/3e-confinement-les-services-de-sante-au-travail-restent-mobilises-aux-cotes-des-entreprises/ Wed, 07 Apr 2021 11:17:02 +0200 Tout est mis en oeuvre pour assurer la qualité des services pour les entreprises adhérentes. 

Maintien des visites

Le suivi individuel de l'état de santé des salariés est maintenu, avec l'organisation de visites médicales et d'entretiens infirmiers. Des téléconsultations ou des reports peuvent être proposés en fonction des situations.

Retrouvez notre fiche pratique sur l'éventuel report de visites

Accompagnement dans la prévention des risques professionnels

L'épidémie de Covid-19 ne doit pas faire oublier que d'autres risques professionnels existent. Les équipes des services de santé au travail sont là pour aider les employeurs à ne pas perdre de vue leurs objectifs de prévention. 

Conseil pour l'organisation du télétravail

Pour lutter contre l'épidémie, le télétravail demeure la règle pour toutes les activités qui le permettent. Les équipes des services de santé au travail conseillent et accompagnent les entreprises dans la mise en place et la poursuite de cette organisation à distance. 

Retrouvez notre boîte à outils sur le télétravail

Poursuite des actions en milieu de travail

Pour accompagner les entreprises au plus près de leurs besoins, les équipes de prévention poursuivent leurs actions en milieu de travail quand la situation le permet afin de :

  • Pouvoir identifier les risques et les prévenir
  • Proposer des solutions d’aménagement et d’organisation pour protéger les salariés
  • Rappeler les mesures de prévention et conseiller sur les moyens disponibles pour éviter la propagation du virus 

Campagne de vaccination

Les professionnels de santé des services de santé au travail sont pleinement engagés dans la campagne de vaccination. 

Plus d'infos dans notre article "Covid-19 : les services de santé au travail mobilisés pour la vaccination"

Organisation de webinaires et sensibilisations

Si le contexte sanitaire limite les ateliers en présentiel, des solutions en visioconférence sont largement proposées par les Services de Santé au Travail. 

Retrouvez tous les webinaires et rendez-vous des services de santé au travail Paca-Corse dans notre rubrique "Agenda"

Informations régulières sur les mesures en lien avec l'épidémie

Newsletters, dossiers spéciaux, sites internets mis à jour régulièrement... Les services de santé au travail mettent toute en oeuvre pour diffuser le plus rapidement possible, à leurs entreprises adhérentes, les dernières infos sur la Covid-19 et les adaptations nécessaires en milieu professionnel. 

Retrouvez le dossier spécial de Présanse Paca-Corse

 


Retrouvez les coordonnées des Services de Santé au Travail du réseau Présanse Paca-Corse

]]>
Covid-19 : qui peut se faire vacciner et où ? https://www.presanse-pacacorse.org/a/807/qui-peut-se-faire-vacciner-et-ou-/ https://www.presanse-pacacorse.org/a/807/qui-peut-se-faire-vacciner-et-ou-/ Wed, 07 Apr 2021 11:17:02 +0200 Répondez aux questions, puis découvrez si vous êtes éligible à la vaccination et dans quels lieux.

 

 

]]>
Nouveaux programmes de prévention de l'Assurance Maladie - Risques professionnels à destination des entreprises https://www.presanse-pacacorse.org/a/805/nouveaux-programmes-de-prevention-de-l-assurance-maladie-risques-professionnels-a-destination-des-entreprises/ https://www.presanse-pacacorse.org/a/805/nouveaux-programmes-de-prevention-de-l-assurance-maladie-risques-professionnels-a-destination-des-entreprises/ Wed, 07 Apr 2021 11:17:02 +0200 La crise de la Covid-19 a provoqué de nombreux changements organisationnels au sein des entreprises. Ce contexte sanitaire ne doit pas faire oublier l’importance d’engager une démarche de prévention des risques professionnels déjà connus au sein des entreprises.

Les offres prévention de l'Assurance Maladie - Risques professionnels ont pour objectif de diminuer l’impact des risques professionnels sur la santé des salariés et d'optimiser la performance des entreprises. 

Risques Chimiques Pros : une démarche ouverte à toutes les entreprises, associées à deux nouvelles aides financières 

Deuixème cause de maladies professionnelles en France, les risques chimiques sont le résultat de l’exposition ou de l’utilisation d’un ou plusieurs produits chimiques dangereux dont certains cancérogènes. Articulé autour d’un parcours en ligne de 4 étapes, le programme de prévention Risques Chimiques Pros, développé par l’Assurance Maladie - Risques professionnels, permet aux entreprises d’évaluer les risques, de planifier et suivre les actions engagées, afin de réduire l’exposition des salariés à des produits chimiques et d’en éviter les conséquences notamment dans les secteurs les plus concernés : ateliers de réparation automobile, bâtiment et travaux publics, centres de contrôle technique, mécanique et usinage, menuiserie et métiers du bois, soins et analyses.

Pour aider les petites et moyennes entreprises (de moins de 50 salariés) à mettre en place cette démarche de prévention, l’Assurance Maladie - Risques professionnels propose à compter du mois de mars 2021 deux nouvelles Subventions Prévention TPE : Risques Chimiques Pros Équipements et Risques Chimiques Pros Peinture en Menuiserie. Ces subventions viennent en complément des deux subventions déjà existantes : Airbonus pour les centres de contrôle technique et les ateliers de réparation, et Soudage + sûr. Les subventions correspondent à 50 ou 70 % du montant de l’investissement réalisé par les entreprises pour acquérir matériels ou équipements. Elles sont plafonnées à 25 000 euros hors taxes.

TMS Pros : une démarche enrichie pour aider les entreprises à réduire l'impact des TMS et du mal de dos

Les troubles musculosquelettiques, incluant le mal de dos, constituent 88 % des maladies professionnelles reconnue en France. Chaque année, on dénombre par ailleurs 70 000 accidents du travail (lombalgies) liés à la manutention avec au moins 4 jours d’arrêt de travail. Quelques secteurs d’activités concentrent l’essentiel de ces TMS : aide et soin à la personne, BTP, grande distribution, industrie agroalimentaire, industrie métallurgique, propreté, transport logistique.

Pour lutter contre les effets de ces maladies, le programme TMS Pros créé en 2014 a évolué :

  • Une nouvelle identification des entreprises les plus concernées dans les secteurs impactés par les TMS avec intégration de la problématique « mal de dos » (établie sur les accidents du travail liés à la lombalgie).
  • Une rubrique dédiée sur ameli.fr qui permet de mener la démarche de façon totalement autonome.
  • Une approche grands comptes pour faciliter le suivi et la mobilisation de plusieurs établissements relevant de la même entreprise.

Toutes les informations et les différentes étapes des programmes de prévention sont à retrouver sur ameli.fr/entreprise :

]]>
Covid-19 et protocole pour les entreprises : renforcement du télétravail et nouvelles règles de restauration collective https://www.presanse-pacacorse.org/a/800/covid-19-et-protocole-pour-les-entreprises-renforcement-du-teletravail-et-nouvelles-regles-de-restauration-collective/ https://www.presanse-pacacorse.org/a/800/covid-19-et-protocole-pour-les-entreprises-renforcement-du-teletravail-et-nouvelles-regles-de-restauration-collective/ Wed, 07 Apr 2021 11:17:02 +0200 La recrudescence de la circulation du virus de la Covid-19, avec des variants plus contagieux, a poussé le gouvernement à revoir une nouvelle fois le "Protocole national pour assurer la santé et la sécurité des salariés en entreprise face à l'épidémie de Covid-19". D'autant que les contaminations en milieu professionnel représentent 15 % des contaminations lorsque la source de celle-ci est connue.

Le télétravail, comme rempart à la propagation du virus

Ainsi, l'application du télétravail est renforcée. Il est demandé aux employeurs, dans les 16 départements soumis à des mesures sanitaires renforcées, de définir un plan d’action pour réduire au maximum le temps de présence sur site des salariés qui peuvent télétravailler. Ce plan d’action sera adapté à la taille de l’entreprise concernée et devra être élaboré dans le cadre d’un dialogue social de proximité. En cas de contrôle, les actions mises en œuvre devront être présentées à l’inspection du travail.

Déjeuner seul devient la norme

Les espaces de restauration collective doivent également faire l’objet d’une vigilance accrue. S’ils sont essentiels à la continuité de l’activité économique de certains secteurs, ils sont, par nature, davantage propices aux contaminations. Le protocole national en entreprise prévoit désormais que, dans l’ensemble des départements :

  • La mise en place et l’utilisation de paniers repas doivent être privilégiées, notamment dans les situations où le salarié a la possibilité de déjeuner seul dans son bureau ou dans un espace aménagé dans le respect des règles sanitaires, comme le permet le décret du 13 février 2021.
  • Lorsque le recours au panier repas n’est pas possible, le salarié doit déjeuner seul, en laissant une place vide en face de lui et en respectant strictement la règle des deux mètres de distanciation entre chaque personne.
  • Les restaurants d’entreprise doivent continuer à mettre en place des plages horaires permettant de limiter au maximum le nombre de personnes présentes sur place au même moment.

Rappel des règles en transport et des mesures d'isolement

Enfin, lorsque l’employeur organise le transport de salariés dans le cadre des activités professionnelles, il lui est demandé de limiter autant que possible le transport de plusieurs salariés dans le même véhicule et de respecter strictement l’application des gestes barrières. Il est également demandé aux entreprises de rappeler à leurs salariés les règles applicables quant à l’isolement des salariés cas-contacts et symptomatiques, ainsi que la possibilité de se déclarer sur declareameli.fr dès l’apparition des symptômes, pour bénéficier d’un arrêt de travail indemnisé sans jour de carence, sous réserve qu’un test soit effectué dans les 48 h.

Téléchargez le Protocole national pour les entreprises

Téléchargez la fiche restauration d'entreprise

]]>
3e Festival Handi'Clap https://www.presanse-pacacorse.org/a/798/3e-festival-handi-clap/ https://www.presanse-pacacorse.org/a/798/3e-festival-handi-clap/ Wed, 07 Apr 2021 11:17:02 +0200 Porté par le Comité Départemental de la Prévention de la Désinsertion Professionnelle 84 (CDPDP), le projet Handi’Clap a vu le jour en 2016, avec un premier festival qui avait réuni un public nombreux et des films de qualité. Trois services de santé au travail de Présanse Paca-Corse (AIST 84, GMSI 84 et SAT Durance Luberon) sont depuis le début partie prenante de l'événement.

À l'origine, le festival a pour but de présenter des courts-métrages mettant à l’honneur des situations montrant des salariés et/ou des employeurs qui ont pu reprendre le travail malgré le handicap.

Habituellement organisé au cours de la Semaine Européenne de l’emploi des personnes handicapées, l’événement Handi’Clap a pour ambition de toucher tous les acteurs de l’entreprise et de l’emploi, ainsi que les professionnels attachés à des missions de conseil auprès de l’entreprise. Mais pour sa 3e édition, en 2021, le festival opte pour une nouvelle formule, avec l'organisation d'un webinaire par trimestre.

Objectif : sensibiliser, tout au long de l’année, à l’aide de 4 webinaires sur différentes thématiques autour du handicap en entreprise : la réforme de l’Obligation d’Emploi des Travailleurs Handicapés, les dispositifs du maintien en emploi, le télétravail des personnes en situation de handicap…

Qui peut participer aux webinaires de Handi'Clap ?

La diffusion des webinaires s’adresse à un large public et a pour objectif de sensibiliser tous les acteurs du handicap en entreprise. La participation est gratuite, sous forme de lien vidéo. Il y aura ensuite un support transmis aux participants.

Infos pratiques

  • Le 1er webinaire, qui se tiendra le 25 mars 2021 de 14 h 30 à 15 h 10, s'intitulera "La réforme de l’Obligation d’Emploi des Travailleurs Handicapés : ce qui change pour vous !".
  • Il sera animé par Fatiha Ben Naceur (Directrice de Cap emploi) et Laurence Guittet (Assistante sociale du travail à Service Social Conseil).
  • Pour vous inscrire à ce webinaire, rendez-vous sur le site de l'AIST 84
  • Les prochaines thématiques abordées et les noms de leurs animateurs seront communiqués un mois avant l’ouverture des inscriptions.
]]>
Covid-19 : les services de santé au travail mobilisés pour la vaccination https://www.presanse-pacacorse.org/a/797/covid-19-les-services-de-sante-au-travail-mobilises-pour-la-vaccination/ https://www.presanse-pacacorse.org/a/797/covid-19-les-services-de-sante-au-travail-mobilises-pour-la-vaccination/ Wed, 07 Apr 2021 11:17:02 +0200 IMPORTANT : à la suite des avis rendus par l’agence européenne du médicament (EMA) et la Haute autorité de santé (HAS) sur l’utilisation du vaccin AstraZeneca, la campagne vaccinale avec ce vaccin reprend à compter du 19 mars 2021.

Quelles conditions pour se faire vacciner par le service de santé au travail ?

  • Être salarié d'une entreprise adhérente à un service de santé au travail.
  • Avoir entre 55 et 74 ans inclus.
  • Présenter une comorbidité (maladie cardio-vasculaire, diabète instable, hypertension artérielle, obésité, pathologie respiratoire chronique, etc.).

Qui est à l'initiative de la vaccination ?

  • L'employeur doit informer ses salariés de la possibilité de se faire vacciner par le service de santé au travail, mais la demande doit venir directement et explicitement du salarié.
  • La vaccination nécessite le consentement éclairé préalable du travailleur volontaire, qui pourra se rapprocher lui-même de son service de santé au travail. 
  • La vaccination par le service de santé au travail doit être proposée aux salariés, mais ces derniers gardent la possibilité de se faire vacciner par leur médecin traitant. 

Des supports pour informer les employeurs et les salariés

Fiche Employeur : "Vaccination : informez vos salariés pour assurer l'avenir de votre entreprise"

Affiche A3 Salarié : "Vaccination : faites appel à votre service de santé au travail"

Pour plus d'infos, contactez votre service de santé au travail

Retrouvez toutes les coordonnées des services de santé au travail de Présanse Paca-Corse

]]>
Covid-19 : harmonisation des mesures d'isolement https://www.presanse-pacacorse.org/a/796/covid-19-harmonisation-des-mesures-d-isolement-/ https://www.presanse-pacacorse.org/a/796/covid-19-harmonisation-des-mesures-d-isolement-/ Wed, 07 Apr 2021 11:17:02 +0200 10 jours d'isolement

Porteuse ou non d'un variant, les personnes testées positives à la Covid-19 doivent désormais s'isoler au moins 10 jours :

  • Pour les personnes symptomatiques, à partir de la date de début des symptômes. En cas de fièvre au 10e jour, il faut attendre 48 h supplémentaires après disparition de la température pour terminer l’isolement.
  • Pour les personnes asymptomatiques, à partir du jour du premier test positif (test antigénique ou RT-PCR).

L'isolement des cas confirmés symptomatiques et asymptomatiques peut prendre fin sans avoir à réaliser un nouveau test au bout des 10 jours. 

Et les cas contacts ?

Quant aux cas contacts, ils doivent réaliser immédiatement (à J0) un test antigénique ou RT-PCR et respecter une quarantaine d'au moins 7 jours.

  • Si le test est positif, ils doivent s'isoler 10 jours à compter de la date de prélèvement. En cas de survenue de symptômes évocateurs, l'isolement est de 10 jours à partir de la date de début des symptômes.
  • Si le test est négatif, l’isolement est maintenu 7 jours à compter du dernier contact avec le cas confirmé ou probable. Au 7e jour, un test antigénique ou RT-PCR doit être réalisé et être négatif pour lever l’isolement. Pour les cas contacts d’un cas confirmé vivant dans le même foyer, l’isolement prend fin en cas de résultat négatif d’un test antigénique ou RT-PCR réalisé 7 jours après la guérison du cas confirmé (soit à J17), et en l’absence de symptômes.
]]>
La 24e Journée de l'audition est maintenue en 2021 https://www.presanse-pacacorse.org/a/795/la-24e-journee-de-l-audition-est-maintenue-en-2021/ https://www.presanse-pacacorse.org/a/795/la-24e-journee-de-l-audition-est-maintenue-en-2021/ Wed, 07 Apr 2021 11:17:02 +0200 Les soins en lien avec l'audition sont souvent délaissés par les Français. Si la mise en place du 100 % santé audiopthèses concernant les appareils référencés en classe 1, depuis le 1er janvier 2021, est une étape importante, il reste pas mal d'enjeux à relever concernant l'audition notamment dans le milieu professionnel. 

Les expositions sonores peuvent déséquilibrer les besoins physiologiques de l'oreille et par voie de conséquence le bon fonctionnement du cerveau et de l'équilibre nerveux. Sans parler des risques de surdité. 

Pour développer l'éducation à la santé auditive, se tiendra, le 11 mars 2021, la 24e Journée nationale de l'audition qui rassemble une communauté active de plus de 2000 acteurs de la prévention et de la santé répartie sur l'ensemble des territoires. Il sera question d'informer et de proposer des dépistages pour orienter le cas échéant. 

Consultez également nos ressources documentaires en lien avec la prévention du bruit 

]]>
Covid-19 : assouplissement des règles pour déjeuner à son poste de travail https://www.presanse-pacacorse.org/a/794/covid-19-assouplissement-des-regles-pour-dejeuner-a-son-poste-de-travail/ https://www.presanse-pacacorse.org/a/794/covid-19-assouplissement-des-regles-pour-dejeuner-a-son-poste-de-travail/ Wed, 07 Apr 2021 11:17:02 +0200 En cette période d'épidémie, pour respecter la distanciation sociale et les conditions de sécurité sanitaires renforcées, les restaurants d'entreprise accueillent moins de personnes. Il devient alors compliqué de trouver un lieu pour prendre sa pause déjeuner. C'est pour cela que le décret n° 2021-156 du 13 février 2021 autorise temporairement les salariés à déjeuner dans les locaux affectés au travail, pratique jusque-là interdite par le Code du travail.

Cette assouplissement de la réglementation sur les pauses repas dans les entreprises prend effet à compter du 15 février 2021 et jusqu'à l'expiration d'un délai de 6 mois suivant la fin de l'état d'urgence sanitaire (soit jusqu'au 1er décembre 2021).

Lorsque la configuration du local dédié à la restauration ne permet pas de garantir le respect des règles de distanciation physique (qui viennent d'être élargies à deux mètres lorsque le masque ne peut être porté), le texte indique que :

  • Dans les établissements de plus de 50 salariés : l'employeur peut prévoir un ou plusieurs autres emplacements ne comportant pas l'ensemble des équipements. Ces emplacements peuvent le cas échéant être situés à l'intérieur des locaux affectés au travail. Ils doivent permettre aux travailleurs de se restaurer dans des conditions préservant leur santé et leur sécurité. Sont donc exclus les locaux dont l'activité comporte l'emploi ou le stockage de substances ou de mélanges dangereux.
  • Dans les établissements de moins de 50 salariés : le décret permet de généraliser cette mesure dérogatoire déjà en vigueur depuis le 31 décembre 2019.

Lire aussi l'article de service-public.fr : "Déjeuner à son poste de travail : c'est maintenant légal" 

]]>
Covid-19 : nouvelles règles d'isolement et de dépistage liées aux variants https://www.presanse-pacacorse.org/a/793/covid-19-nouvelles-regles-d-isolement-et-de-depistage-liees-aux-variants/ https://www.presanse-pacacorse.org/a/793/covid-19-nouvelles-regles-d-isolement-et-de-depistage-liees-aux-variants/ Wed, 07 Apr 2021 11:17:02 +0200 Ils font la "une" des médias depuis plusieurs semaines : variant anglais, variant brésilien, variant sud-africain. Si le premier est reconnu plus contagieux, il ne fait pour l'instant pas l'objet d"un prolongement de l'isolement pour les porteurs. En revanche, les variants brésilien et sud-africain provoquent des changements, car les vaccins actuels pourraient être moins efficaces sur ces derniers. 

Un 2e test pour tous les cas positifs à la Covid-19

Désormais, dès qu'une personne est testée positive à la Covid-19 (via un test RT-PCR ou antigénique), elle doit réaliser un deuxième test RT-PCR dit de criblage pour déterminer si elle est porteuse de l'un des variants de la Covid-19. Si ce deuxième test révèle la présence d'une souche variante "brésilienne" ou "sud-africaine", la personne doit rester isolée 10 jours. L'isolement est levé au 10e jour, en l'absence de fièvre depuis plus de 48 h et après l'obtention d'un test négatif à la Covid-19. Si ce dernier test est positif, l'isolement est alors prolongé de 7 jours.

Et les cas contacts des porteurs de variants ?

Les personnes identifiées par la CPAM sont contactées afin de leur délivrer la conduite à tenir. Pour les cas contacts de porteurs de variants "brésilien" ou "sud-africain", un test RT-PCR doit être réalisé immédiatement. Ces cas contacts doivent s'isoler immédiatement. Si leur test est positif, un deuxième test RT-PCR de criblage est réalisé pour savoir s'ils sont porteurs d’un variant "brésilien" ou "sud-africain". Si le résultat révèle l’un des variants pré-cités, les personnes doivent s’isoler 10 jours à compter du premier test (J10). Au 10e jour, l’isolement est levé en l’absence de fièvre depuis plus de 48 h et après avoir fait un nouveau test RT-PCR dont le résultat doit être négatif. Si le dernier test est positif, l’isolement est prolongé de 7 jours.

Et les cas contacts des cas contacts des porteurs de variants ?

Les cas contacts des porteurs de variants doivent faire du "contact warning", c'est-à-dire qu'il leur est demandé de prévenir leurs propres cas contacts. Par ailleurs, les recommandations suivantes leur sont données : 

  • Renforcer l’application des mesures barrières et notamment le port du masque grand public filtration supérieure à 90% ou du masque chirurgical en présence d’autres personnes
  • Télétravailler dès lors que cela est possible
  • Réduire volontairement ses contacts sociaux durant les 7 jours suivant
  • Réaliser un test diagnostic sans délai au 1er symptôme.
]]>
Covid-19 : le point sur les médiateurs de lutte anti-Covid (LAC) https://www.presanse-pacacorse.org/a/792/covid-19-le-point-sur-les-mediateurs-de-lutte-anti-covid-lac-/ https://www.presanse-pacacorse.org/a/792/covid-19-le-point-sur-les-mediateurs-de-lutte-anti-covid-lac-/ Wed, 07 Apr 2021 11:17:02 +0200 L’objectif du dipositif des médiateurs LAC est de déployer rapidement des équipes qui viendront renforcer les moyens de dépistage et de rupture des chaînes de transmission de la Covid-19 au plus près des lieux de vie, de travail et d’études.

Les médiateurs peuvent être employés par tout acteur public ou privé, souhaitant organiser un dépistage par test antigénique, dès lors qu’ils ont validé la formation dédiée, et qu’ils sont encadrés sur place par un professionnel de santé, dans le respect de la réglementation en vigueur. Une équipe sera composée au minimum de 8 médiateurs sous la supervision d’un professionnel de santé.

Qui sont les médiateurs de lutte anti-Covid ?

Ce sont des agents polyvalents, qui restent sous la supervision d’un professionnel de santé et qui sont en mesure d’opérer sur l’ensemble des postes d’une opération de dépistage : accueil administratif, prélèvement naso-pharyngé, analyse des tests antigéniques, délivrance de messages de prévention, orientation vers une structure d’appui à l’isolement, initiation de la démarche de contact-tracing.

Recrutés au niveau baccalauréat ou au niveau CAP/BEP carrière sanitaire ou social (Niveau 4 du RNCP, ou niveau 3 du RNCP secteur sanitaire ou social), les médiateurs LAC peuvent être des demandeurs d’emploi, étudiants, bénévoles, ou volontaires du service civique. Toutefois, si des personnes de votre structure, déjà en poste, sont volontaires, elles peuvent se former pour devenir médiateurs LAC.

Quelle formation ?

Il est vivement recommandé d’orienter dès à présent les personnes que vous prévoyez d’intégrer à une équipe de médiateurs de lutte anti-Covid vers la formation en ligne de l’EHESP, qu’ils peuvent suivre dès à présent après inscription.

Les recrues reçoivent une formation rapide sur la base d’un enseignement théorique dispensé en ligne sous forme d’un MOOC et d’un enseignement pratique en présentiel. Deux parcours sont proposés, sachant qu’une recrue peut valider l’un, l’autre, ou les deux :

  • Parcours "Tester-Sensibiliser", ouvrant le droit à la réalisation d’un prélèvement naso-pharyngé, sous la supervision d’un professionnel de santé. Après validation du MOOC (1 journée), l’enseignement pratique (1 journée) est réalisé dans un IFSI. Cette formation est gratuite ;
  • Parcours "Contact-Tracing", ouvrant le droit à réaliser le contact-tracing. Après validation du MOOC (1 journée), l’enseignement pratique (1 journée) est réalisé au sein des équipes de contact-tracing de l’Assurance maladie.

 

Téléchargez le kit de déploiement du dispositif des médiateurs de lutte anti-Covid

Plus d'info sur le site de l'ARS PACA

]]>
Covid-19 : Protocole sanitaire en entreprise avec nouvelles règles de distanciation et de types de masques https://www.presanse-pacacorse.org/a/783/covid-19-protocole-sanitaire-en-entreprise-avec-nouvelles-regles-de-distanciation-et-de-types-de-masques/ https://www.presanse-pacacorse.org/a/783/covid-19-protocole-sanitaire-en-entreprise-avec-nouvelles-regles-de-distanciation-et-de-types-de-masques/ Wed, 07 Apr 2021 11:17:02 +0200 Quels masques en entreprise ?

Si le port du masque demeure systématique en entreprise dans les lieux collectifs clos, le changement apporté par la version du 29 janvier 2021 du Protocole sanitaire porte sur les types de masques recommandés. Ainsi, le masque grand public qui était précédemment recommandé est désormais remplacé par, soit un masque "grand public filtration supérieure à 90 %" (correspondant au masque dit de "catégorie 1"), soit un masque de type chirurgical.

Les masques grand public filtration supérieure à 90 % doivent avoir satisfaits aux tests garantissant les performances listées en annexe 3 du Protocole. Ils sont reconnaissables par un logo qui doit obligatoirement figurer sur l'emballage ou sur la notice.

Deux mètres de distance à respecter

Autre modification notable du Protocole sanitaire en entreprise : la distance entre deux individus est portée à 2 mètres minimum (au lieu d'un mètre minimum) quand le port du masque est impossible (vestiaires, espaces de restauration collective, travailleurs en extérieur...).  

S'il y a port du masque, la distance entre deux personnes doit tout de même être d'un mètre minimum.

Et le télétravail ? 

Côté télétravail, la règle reste la même, à savoir un recours au "télétravail à 100 % lorsque le poste le permet avec la possibilité de revenir sur site un jour par semaine pour les salariés qui en expriment le besoin".

On ouvre toujours plus les fenêtres

Le Protocole modifie aussi les règles d'aération. Ainsi, de quelques minutes d'aération toutes les 3 heures, on passe  à quelques minutes au minimum toutes les heures. En cas d'impossibilité d'aérer, il faut s'assurer d’un apport d’air neuf adéquat par le système de ventilation .

Et la quarantaine ?

Dans la mise à jour du 16 février 2021, une nouvelle modification a été apportée, cette fois sur la durée de la quarantaine. La référence à la période de 7 jour a ainsi été supprimée.

]]>
Covid-19 : le rôle des services de santé au travail dans la vaccination https://www.presanse-pacacorse.org/a/780/covid-19-le-role-des-services-de-sante-au-travail-dans-la-vaccination/ https://www.presanse-pacacorse.org/a/780/covid-19-le-role-des-services-de-sante-au-travail-dans-la-vaccination/ Wed, 07 Apr 2021 11:17:02 +0200 Les contraintes actuelles du vaccin ne permettent pas pour l’instant aux Services de Santé au Travail de prendre en charge la totalité de l’organisation d’une campagne de vaccination en entreprise, mais les équipes s'organisent et se tiennent prêtes pour les prochaines étapes du calendrier vaccinal. 

Dans l'intervalle, des Services de Santé au Travail répondent déjà à des sollicitations sur la vaccination. Retrouvez ci-dessous quelques exemples.

L'Institut Sainte-Catherine fait appel à l'AIST 84 pour sa campagne pré-vaccinale Covid-19

Alors que la vaccination pour les professionnels de santé de plus de 50 ans ou à risque de formes graves a commencé au début du mois de janvier, l’Institut Sainte Catherine, établissement médical spécialisé dans le dépistage et le traitement des tumeurs cancéreuses basé à Avignon, a débuté la vaccination de son personnel soignant le 14 janvier 2021.

Le Dr Gisèle Bohème, médecin du travail à l’AIST 84, assure les consultations pré-vaccinales de chaque professionnel volontaire pour vérifier leur éligibilité à la vaccination, l’absence de contre-indication, les informer et recueillir leur consentement pour réaliser la prescription du vaccin. 

Découvrez l'interview croisée de Patrice Sapey, Directeur Général Administratif de l'Institut, et Gisèle Bohème, médecin du travail à l'AIST 84

 

3 questions à… Dr Martine Isnard, médecin du travail chez Expertis

Vaccination anti-Covid pour les personnels soignants : Expertis se mobilise sur le terrain. Le Dr Martine Isnard a vacciné plus de 130 personnes entre le 11 et le 29 janvier 2021. 

Découvrez son interview sur le site d'Expertis

]]>
Covid-19 : exemples de dépistage en entreprise avec l'appui du service de santé au travail https://www.presanse-pacacorse.org/a/779/covid-19-exemples-de-depistage-en-entreprise-avec-l-appui-du-service-de-sante-au-travail/ https://www.presanse-pacacorse.org/a/779/covid-19-exemples-de-depistage-en-entreprise-avec-l-appui-du-service-de-sante-au-travail/ Wed, 07 Apr 2021 11:17:02 +0200 Rappelons que dans tous les cas, les campagnes de dépistage doivent s’effectuer en concertation avec le médecin du travail. Ce dernier évaluera la pertinence d'une campagne de test et proposera une solution/organisation adaptée à la demande de l'entreprise. Le service de santé au travail est habilité à réaliser les tests de dépistage, mais pourra, en fonction des préconisations du médecin du travail, orienter l'entreprise vers d'autres structures (laboratoires, par exemple). 

A noter que plusieurs règles doivent être respectées pour la réalisation des tests en entreprise : 

  • Les salariés doivent être volontaires.
  • L'achat des tests est financé par l’employeur.
  • Les dépistages sont réalisés dans des conditions garantissant la bonne exécution des tests et dans la stricte préservation du secret médical.
  • Les campagnes ne peuvent être systématiques et doivent faire l’objet d’un échange avec le médecin du travail.

GEST 05 : une réponse rapide à une demande précise

À la suite d'un cas positif à la Covid-19 dans son effectif, l'entreprise Richardson a souhaité mettre en place une campagne de dépistage pour ses salariés. L'employeur a alors contacté plusieurs interlocuteurs (ARS, CPAM...), mais n'obtenant pas de réponses immédiates, il s'est alors tourné vers son service de santé au travail, le GEST 05.

Avec une grande réactivité, le médecin du travail a proposé de déployer des tests antigéniques dans l'entreprise, avec le concours de deux infirmiers et d'une assistante. La campagne a duré une matinée et a concerné une quinzaine de salariés. L'entreprise Richardson a été agréablement surprise de la réponse rapide de son service de santé au travail et a accepté de témoigner dans une courte vidéo afin d'inciter d'autres entreprises à contacter leur médecin du travail.

 

CMTI 06 : le service de santé au travail, véritable partenaire des entreprises dans la lutte contre la Covid-19

Ayant été sollicitée par le département des Alpes-Maritimes pour une dotation de tests antigéniques, l'agence ONELA de Menton, spécialisée dans les aides à domicile, a tout de suite pensé à contacter son service de santé au travail pour organiser sa campagne de dépistage. Il s'agissait d'avoir des réponses et conseils de professionnels pour rassurer non seulement le public des personnes âgées, mais également les 25 salariés de l'agence de Menton. 

 

]]>
Evrest : rapports 2018-2019, nouveau questionnaire et journée nationale https://www.presanse-pacacorse.org/a/778/evrest-rapports-2018-2019-nouveau-questionnaire-et-journee-nationale/ https://www.presanse-pacacorse.org/a/778/evrest-rapports-2018-2019-nouveau-questionnaire-et-journee-nationale/ Wed, 07 Apr 2021 11:17:02 +0200 Le dispositif Evrest (EVolutions et RElations en Santé au Travail) est un observatoire pluriannuel par questionnaire, construit par des médecins du travail et des chercheurs pour analyser et suivre différents aspects du travail et de la santé des salariés. Il permet de traduire, au moins partiellement, et sous une forme standardisée adaptée à une exploitation quantitative, des informations élaborées au cours des entretiens médicaux et infirmiers.

Les résultats des données récoltées en 2018 et 2019 sont non seulement disponibles dans un rapport national sous format texte PDF, mais également dans des rapports régionaux sous format tableur Excel.

Evrest et la crise liée à la Covid-19

Dans le contexte de l'épidémie de Covid-19, l'équipe projet nationale Evrest a jugé important de tenter de rendre compte des modifications entraînées par la crise sanitaire sur le travail et le vécu des salariés. Ainsi, depuis le 1er octobre 2020, une série de questions a été ajoutée au questionnaire habituel. Ce nouveau pavé est maintenu sur le questionnaire 2021.

Journée Evrest 2021

A noter que la traditionnelle Journée Evrest qui n'avait pu avoir lieu en 2020, en raison du 1er confinement, est reportée au 19 mars 2021, de 9h30 à 12h en format webinaire. Seront abordés les sujets suivants :

  • Des outils évolutifs dans la vie d’Evrest
  • Histoire d’entreprise et démarche santé travail
  • L’évolution des risques psycho-sociaux dans un CHU
  • Evrest et la crise sanitaire : les premiers résultats de l’étude concernant l’impact de la pandémie

Cette réunion est gratuite et ouverte à tous, médecins et infirmier.ère.s de santé au travail (participant ou non au dispositif), directeur.rice.s de services, assistant.e.s, secrétaires, IPRP, partenaires sociaux... dans la limite des 450 places disponibles.

Pour s'inscrire : http://evrest.istnf.fr/page-57-0-0.html#menu

]]>
Covid-19 : arrêt de travail pour les salariés symptomatiques https://www.presanse-pacacorse.org/a/776/covid-19-arret-de-travail-pour-les-salaries-symptomatiques/ https://www.presanse-pacacorse.org/a/776/covid-19-arret-de-travail-pour-les-salaries-symptomatiques/ Wed, 07 Apr 2021 11:17:02 +0200 Afin d’inciter au maximum les personnes présentant des symptômes de la Covid-19 à rester isolées à leur domicile, le décret n°2021-13 du 8 janvier 2021 leur permet de bénéficier d’indemnités journalières et du complément employeur, sans délai de carence ou de conditions d’ouverture du droit, dans l’attente du résultat de leur test. Toutefois, le télétravail ne doit pas être possible pour que la disposition soit applicable. 

Afin de bénéficier de ces conditions particulières, les personnes concernées doivent demander un arrêt de travail dérogatoire sur le site declare.ameli.fr. Elles s'engagent alors à réaliser un test de dépistage dans les 2 jours. L'arrêt de travail ne pourra excéder 4 jours maximum. Si le test est positif, la personne sera appelée dans le cadre du contact tracing géré par l’Assurance Maladie. Le conseiller prescrira une prolongation d’arrêt de travail afin de garantir un isolement de 7 jours depuis les premiers symptômes. 

Attention, si l’assuré présentant des signes évocateurs de Covid-19 et devant passer un test de dépistage se fait prescrire un arrêt de travail par son médecin, il sera indemnisé au titre du droit commun, avec application de la carence et sans complément employeur. Il est donc important d'utiliser le service declare.ameli.fr 

]]>
Covid-19 : nouveau protocole avec assouplissement du télétravail https://www.presanse-pacacorse.org/a/775/covid-19-nouveau-protocole-avec-assouplissement-du-teletravail/ https://www.presanse-pacacorse.org/a/775/covid-19-nouveau-protocole-avec-assouplissement-du-teletravail/ Wed, 07 Apr 2021 11:17:02 +0200 Sur cette nouvelle version du protocole sanitaire pour les entreprises, le télétravail à 100 % demeure la règle  pour les salariés qui peuvent effectuer l’ensemble de leurs tâches à distance. Toutefois, sur ce nouveau protocole sanitaire, il est précisé qu'un retour en présentiel est possible un jour par semaine au maximum lorsque les salariés en expriment le besoin, avec l’accord de leur employeur. 

Cette nouvelle disposition est appliquable dès jeudi 7 janvier 2021. L'objectif principal est de répondre aux problèmes d'isolement rencontrés par certains salariés. Il s'agit également d'apporter plus de souplesse pour certaines spécificités liées aux organisations de travail, notamment pour le travail en d'équipe.

Retrouvez le "Protocole national pour assurer la santé et la sécurité des salariés en entreprise face à l’épidémie de COVID-19"

Consultez notre boîte à outils sur le télétravail

]]>
Covid-19 : activité partielle prolongée pour les salariés vulnérables https://www.presanse-pacacorse.org/a/773/covid-19-activite-partielle-prolongee-pour-les-salaries-vulnerables-/ https://www.presanse-pacacorse.org/a/773/covid-19-activite-partielle-prolongee-pour-les-salaries-vulnerables-/ Wed, 07 Apr 2021 11:17:02 +0200 Censé prendre fin au 31 décembre 2020, le dispositif d'activité partielle pour les salariés vulnérables à la Covid-19 va finalement être maintenu jusqu’au 31 décembre 2021 "au plus tard". La nouvelle date exacte de fin du dispositif doit être fixée par décret.

À noter que la même ordonnance prévoit également un prolongement de l'activité partielle pour les salariés parents d'un enfant de moins de 16 ans ou d'une personne en situation de handicap faisant l'objet d'une mesure d'isolement, d'éviction ou de maintien à domicile. 

Pour connaître la liste des critères permettant de bénéficier de l'activité partielle en tant que personne vulnérable à la Covid-19, téléchargez notre fiche pratique

Consultez l'ordonnance n°2020-1639 du 21 décembre 2020 portant mesures d’urgence en matière d’activité partielle

]]>
Covid-19 : dépistage dans les entreprises https://www.presanse-pacacorse.org/a/772/covid-19-depistage-dans-les-entreprises/ https://www.presanse-pacacorse.org/a/772/covid-19-depistage-dans-les-entreprises/ Wed, 07 Apr 2021 11:17:02 +0200 Le Protocole national pour les entreprises précise que "les employeurs peuvent, dans le respect des conditions réglementaires, proposer à ceux de leurs salariés qui sont volontaires, des actions de dépistage". Une circulaire du 14 décembre 2020, publiée le 18 décembre 2020, complète cette possibilité en apportant des infos pratiques aux entreprises comme les listes des personnes à cibler en priorité, des professionnels de santé habilités à procéder aux tests, ainsi que les suites à donner en cas de tests positifs ou négatifs.

Pourquoi des tests antigéniques ?

L’accès aux tests antigéniques au sein des entreprises s’inscrit dans la stratégie de lutte contre l’épidémie de Covid-19. Le circulaire du 14 décembre 2020 souligne que "la réalisation du test sur le lieu de travail, avec l’engagement actif de l’employeur, doit ainsi être un gage de mise en œuvre rapide et efficace des mesures de prévention adéquates (notamment l’isolement des personnes testées positives), afin de protéger l’ensemble du collectif de travail et, au-delà, la société tout entière".

Le test antigénique est un test rapide d’orientation diagnostique. Il est réalisé sur un prélèvement nasopharyngé effectué par voie nasale à l’aide d’un écouvillon. Le résultat est disponible rapidement, en 15 à 30 minutes. Bien que moins sensible et moins spécifique que le test PCR, il permet d’isoler le plus tôt possible les personnes atteintes.

Qui tester en priorité ?

La circulaire du 14 décembre 2020 précise que, sur un plan individuel, doivent être testées en priorité : 

  • Les personnes symptomatiques, à condition que le test soit réalisé dans un délai inférieur ou égal à quatre jours après le début des symptômes.
  • Les personnes asymptomatiques lorsqu’elles sont personnes contacts (au sens de la définition de Santé publique France) identifiées isolément ou au sein d’un cluster.
  • À titre subsidiaire, les personnes asymptomatiques, dans le cadre d’un diagnostic, lorsque les professionnels de santé l’estiment nécessaire.

Des dépistages collectifs ?

Des dépistages collectifs par des tests antigéniques peuvent être organisés par un employeur au sein de populations ciblées (par exemple une  entreprise) en cas de cluster (suspect ou avéré) ou de circulation particulièrement active du virus dans le département où est située l’entreprise.

Les opérations de dépistage collectif doivent être préalablement déclarées au représentant de l’État dans le département et à l’ARS sur un portail de déclaration en ligne, au moins deux jours ouvrés avant le lancement de l’opération, exception faite des situations de cluster suspecté ou avéré où le dépistage peut débuter, en lien avec l’ARS, dès que la déclaration a été réceptionnée.

Qui peut faire les tests ?

Les prélèvements et la lecture des résultats pour les tests antigéniques peuvent être réalisés par l'un des professionnels de santé suivants : médecin, chirurgien-dentiste, sage-femme, pharmacien, masseur-kinésithérapeute ou infirmier. D'autres professionnels formés et sous la responsabilité des professionnels de santé pré-cités peuvent réaliser les prélèvements (les annexes de la circulaire du 14 décembre en donnent la liste). Dans tous les cas, il est rappelé que les entreprises doivent demander conseil à leur Service de Santé au Travail et les informer d'une éventuelle opération de dépistage. 

Les campagnes de dépistage doivent s’effectuer en concertation avec le médecin du travail, en respectant les règles suivantes :

  • Les salariés doivent être volontaires.
  • L'achat des tests est financé par l’employeur.
  • Les dépistages sont réalisés dans des conditions garantissant la bonne exécution des tests et dans la stricte préservation du secret médical.
  • Les campagnes ne peuvent être systématiques et doivent faire l’objet d’un échange avec le médecin du travail.

Quel coût pour ces tests ?

La circulaire du 14 décembre rappelle que c'est l'employeur qui finance l’approvisionnement en tests et qu'aucune participation financière ne peut être demandée aux salariés. Le texte recommande "aux entreprises d’acquérir des tests antigéniques dont le coût unitaire n’excède pas 8,05 euros, coût correspondant au montant maximum remboursé aux pharmacies par l’Assurance Maladie (en application de l’article 18 de l’arrêté du 10 juillet 2020 modifié)".

Il est également précisé que "si l’entreprise recourt à des professionnels de santé libéraux, ces derniers ne peuvent pas facturer leur intervention à l’Assurance Maladie, leur rémunération devant être supportée par l’entreprise à l’initiative de l’opération".

Des cas positifs ?

Les professionnels de santé saisissent les résultats des tests dans une application dédiée afin de faciliter le traçage des cas contacts.

Si un salarié est testé positif, le professionnel de santé l'oriente vers son médecin traitant et lui rappelle la nécessité de s'isoler sans délai. Il lui conseillle d'informer son employeur afin de faciliter le contact tracing. 

Dans la circulaire du 14 décembre, il est souligné que "lorsqu’une entreprise a connaissance de cas positifs à la Covid-19 parmi ses salariés, elle s’appuie sur son évaluation des risques et les mesures de prévention adaptées mises en œuvre. Cette évaluation peut être mise à jour et les mesures de prévention, renforcées, en particulier lorsqu’une transmission dans le cadre professionnel apparaît probable. L'entreprise peut solliciter son Service de Santé au Travail pour l’accompagner dans cette démarche".

Quant aux tests négatifs, la prudence doit être de mise car avec les tests antigéniques, le risque de faux négatifs est plus élevé. Pour les personnes à risques, un contrôle par test RT-PCR doit être effectué. 

 

Retrouvez les coordonnées des Services de Santé au Travail, membres de Présanse Paca-Corse

Consultez également notre "Protocole de gestion d'un cluster en entreprise"

]]>
Dry January : le défi du mois sans alcool https://www.presanse-pacacorse.org/a/771/dry-january-le-defi-du-mois-sans-alcool/ https://www.presanse-pacacorse.org/a/771/dry-january-le-defi-du-mois-sans-alcool/ Wed, 07 Apr 2021 11:17:02 +0200 Alors que le contexte de crise sanitaire fait craindre une augmentation des conduites addictives, il est peut-être temps pour chacun d'entre nous de faire le point sur sa consommation d'alcool. Ça tombe bien, l'année 2021 démarre avec la 2e édition du Dry January en France. Le principe ? Dès le 1er janvier et pendant un mois, on ne boit plus une goutte d'alcool. Le défi permet d'évaluer notre rapport à l'alcool et notre éventuelle dépendance, mais également de ressentir des effets bénéfiques : 

  • Une peau fraîche et plus belle
  • Un sommeil amélioré donc plus d’énergie
  • Une perte de poids
  • Une économie d’argent
  • Une meilleure santé – puisque l’arrêt durant un mois fait un bien considérable au corps
  • Un merveilleux sentiment de victoire et de fierté !

Rappelons que la consommation d'alcool peut représenter un danger, notamment au travail et aggraver certains risques professionnels. 

Consultez également notre livret "Alcool et travail"

]]>
Sinistralité AT/MP en 2019 https://www.presanse-pacacorse.org/a/769/sinistralite-at-mp-en-2019/ https://www.presanse-pacacorse.org/a/769/sinistralite-at-mp-en-2019/ Wed, 07 Apr 2021 11:17:02 +0200 Si le nombre d'accidents du travail (AT) a connu une légère hausse en 2019 (655 715 nouveaux sinistres reconnus, soit + 0,6 % par rapport à 2018), la fréquence des accidents de travail est en légère diminution par rapport à 2018 (33,5 pour 1 000 salariés). De plus, la hausse du nombre d'AT s'explique en partie par l'augmentation du nombre de salariés (+2 %). 

La sinistralité par secteur d’activité présente la même tendance légèrement en baisse, sauf dans le secteur tertiaire.

Les secteurs du BTP, bois, papier, textile, commerce non alimentaire et chimie présentent une très légère baisse de sinistralité (entre 0 et 1 % de diminution du nombre d’accidents du travail).

Les accidents du travail augmentent en revanche dans les services, en particulier dans les activités tertiaires (administrations, banques, assurances…) où ils enregistrent une hausse de 4 % mais aussi dans les secteurs du travail temporaire et de l’action sociale (+ 1,3 %).

Dans une moindre proportion, une légère augmentation du nombre d’accidents du travail est observée dans les activités de métallurgie (+ 0,6 %), transport et énergie (+ 0,3%) et alimentation (+ 0,2 %).

Le nombre d’accidents de trajet augmente de moins de 1 % en 2019, après avoir connu une forte hausse en 2018 en raison des intempéries et des conditions climatiques. Avec près de 99 000 accidents de trajet enregistrés, il s’agit du niveau le plus haut jamais atteint depuis l’année 2000.

A noter que le nombre de maladies professionnelles progresse (+ 1,7 % par rapport à 2019) avec 50 392 cas reconnus. Les troubles musculo-squelettiques (TMS) sont à l’origine de 88 % d’entre elles. Les maladies professionnelles liées à l’amiante se stabilisent tandis que les affections psychiques liées au travail ainsi que les affections liées à la silice cristalline augmentent (respectivement de +6 % et + 13,9 %).


]]>