Interview : l'assistant social en santé au travail, un rôle clé pour le maintien en emploi

Olivia Pisch

Soutien indispensable pour accompagner les salariés en difficulté et contribuer notamment au maintien en emploi, le rôle de l'assistant social devient de plus en plus incontournable dans les services de santé au travail. Olivia Pisch, assistante sociale embauchée par l'AMETRA06 en 2011 a vu ses interventions se développer afin de répondre à un véritable besoin des salariés et des entreprises.

 

Quelles sont vos principales missions ?

Avant tout, il est important de préciser que j’exerce selon le code d’éthique et de déontologie réglementée par l’ANAS (Association Nationale des Assistants de Service social) dans le respect de la confidentialité des entretiens menés. À aucun moment l’employeur n’a connaissance du contenu de ces entretiens. En revanche, un retour est fait au médecin du travail en charge du suivi du salarié. 

Mes missions consistent à informer, conseiller, soutenir et orienter le salarié en difficulté afin de le maintenir dans son emploi au sein de l’entreprise. Outre les compétences d’écoute, de technicité et d’analyse dont il faut faire preuve, il est primordial de savoir s’adapter et de rester en constante connexion avec le terrain et le tissu social départemental pour aider le salarié au mieux.

En interne, j’interviens sur demande du médecin du travail et travaille en collaboration avec les autres membres de l’équipe pluridisciplinaire, notamment les psychologues du travail, les infirmièr(e)s et les ergonomes pour recueillir le plus d’informations possible sur l’environnement professionnel du salarié. En externe, je collabore avec l’ensemble des acteurs sociaux du département pour orienter le salarié.

Dans quels cas précis et comment intervenez-vous ?

J’interviens auprès des salariés mais également auprès des employeurs sur des questions de législation sociale quand ils en ont besoin.

En amont, j’interviens pour lutter contre la désinsertion professionnelle en cas de demandes d’aménagement de poste ou suite à une visite de pré-reprise par exemple. En aval, j’interviens également quand une décision d’inaptitude est rendue par le médecin du travail. Mon rôle est alors de conseiller et de proposer un accompagnement personnalisé au salarié vers une nouvelle orientation professionnelle adaptée à son expérience, son âge et ses aspirations ou de l’informer sur ses droits aux diverses prestations sociales existantes.

Quel que soit le motif de l’entretien individuel, j’organise mon intervention en 4 étapes :

1. La collecte d’information sur le salarié en le rencontrant lors d’un premier entretien pour connaître son environnement familial et professionnel et aborder la situation financière de son foyer.

2. Le diagnostic selon les informations recueillies.

3. L’analyse de la situation.

4. La proposition de solutions et la recherche de moyens en accord avec le salarié comme par exemple la reconnaissance de travailleur handicapé, l’orientation vers les organismes sociaux compétents (MDPH, CG06, CAF, mairies, centres communaux d’action sociale, Pôle Emploi, centres de formation, Agefiph...).

Quels retours avez-vous des employeurs et des salariés ?

Les employeurs savent que le médecin du travail peut solliciter le service social proposé dans la cotisation. Ils apprécient de pouvoir être accompagnés dans leurs diverses démarches. Ils ont connaissance de mes missions par l'intermédiaire du salarié lui-même ou des médecins du travail, par l’information qui est effectuée par mes collègues du Service Technique Prévention lors de leurs passages en entreprise auprès des employeurs, ou bien par les informations diffusées sur notre site internet.

Les salariés, quant à eux, sont satisfaits de l’écoute et des conseils reçus. Ils repartent dans un état d’esprit plus positif car ils savent que leur dossier est pris en charge et qu’une solution leur sera apportée.

Qu’est-ce qui vous motive dans votre pratique quotidienne ?

J’ai le bonheur d’exercer un métier riche et intéressant par les compétences qu’il requiert  tant sur un aspect humain que technique. Pouvoir partager des informations, conseiller et orienter est capital dans un monde du travail qui n’est pas toujours simple avec des enjeux économiques et managériaux d’importance.

C’est un métier à forte implication émotionnelle car je reçois des salariés en souffrance, en maladie professionnelle, victime d'un accident de travail, en inaptitude pour raison médicale, en burn-out... Au cours de l’entretien, le salarié peut prendre le temps et ensemble nous cherchons des solutions pour l’aider à se projeter dans un futur proche en tenant compte de sa situation. Je recueille un maximum de données afin d’analyser au mieux la situation sociale dans sa globalité et être force de propositions.

Ma motivation et ma satisfaction résident dans le retour des salariés, des employeurs et des médecins du travail. J’ai beaucoup de chance d’évoluer dans un collectif de travail positif.